La prison noire

Créé le : 30 novembre 2008

Quand il ouvrit les yeux, il était couché par terre. Il se redressa, non sans mal, et regarda autour de lui. Il faisait tellement noir qu‘il ne voyait strictement rien. Il respirait difficilement, son cœur résonnait dans sa tête, et sa tête était énormément douloureuse.

Peu à peu, il recouvra ses esprits mais sa mémoire lui faisait toujours défaut. Tout se mélangeait dans son cràne, au point qu‘il ne savait plus rien. Son cerveau ne lui offrait aucune information, sauf celle de chercher au fond de lui même, une piste qui pourrait lui donner les moyens de comprendre. Mais l‘enquête n‘était pas sa priorité, car dans ces moments là, la recherche de survie prime sur la démarche de comprendre. Il était encore dans l‘état secondaire du choc traumatique, celui où l‘on ne pense à rien, sauf à s‘échapper de l‘horreur que l‘on vit. C‘était un mécanisme naturel qu‘il vivait inconsciemment…