La complainte du berger

Créé le : 10 décembre 2013

Je suis un vieux berger, pourtant je réfléchis
Je n‘ai pas d‘instruction, ne mange que du pain bis
Du matin jusqu‘au soir je veille sur mes brebis
Dans mon grand manteau noir je dors quand vient la nuit
Quelle misère

Mes chiens courent pour moi, ils sont les seuls à l‘faire
Moi je cours pour mes maîtres qu‘ont une poigne de fer
Une bourse bien serrée, j‘la vois jamais ouverte
Je ne sais faire que ça, m‘occuper de mes bêtes
Quelle misère

Ils ont tout ils veulent tout, àpres au gain et sans cœur
Bien vêtus bonne odeur, ils respirent le bonheur
Ils m‘insultent et me battent, bon à rien fainéant
Même le pain qu‘on te donne c‘est charité fous l‘camp !
Quelle misère

Une brebis a mis bas au milieu du troupeau
La vie qui vient nouvelle, c‘est fragile et si beau
J‘aimerais qu‘on me respecte, je suis un être humain
J‘aime je pleure et je ris, j‘ai un cœur et deux mains
Et j‘espère

Je ne suis pas un fou, un barbare ou une bête
Juste un berger qui rêve de paix de joie de fête
D‘un royaume où le prince et l‘humble se saluent
Où chacun a sa place, où les larmes ne sont plus
Par le Père

Jean-Pierre Gardelle