La chasse aux électeurs

Créé le : 25 janvier 2006

Autrefois, il n’y avait pas d’enregistreurs. Il n’y avait pas non plus beaucoup de gens qui savaient lire la musique. mais tout le monde chantait. La télé n’avait pas encore tué les longues veillées où les anciens racontaient les rudes hivers et les sales guerres qu’ils avaient connus. On chantait aux champs, à l’usine, à la maison … On chantait ses joies et ses peines, et on brocardait de couplets vengeurs les tyrans de l’époque. Des colporteurs vendaient des paroles de chansons imprimées. Et l’on en savait la musique parce que ces textes précisaient : "Sur l’air de …".

Nous avons voulu pérpétuer cette tradition populaire ancestrale, ininterrompue depuis des siècles.

Permettez-moi de citer Gilles SERVAT :
"Prenez la tradition et marchez sur ses traces :
C’est le peuple qui parle, et c’est votre voix
Chantez la vie, l’amour et la mort, les saisons les rêves, le travail et la grève !".

Sur l’air de la chanson "Soldats ne tirez pas" crée en 1974 par Gérard LENORMAND:

La chasse aux électeurs

Sa bassesse a commandé
La chasse aux électeurs
Et déjà les médias
Empestent la combine
C’est un scrutin important
Mais j’ai plus d’pain ni d’beurre
A qui donc ça rapporte
De vendre ces conneries ?

Médias ne parlez pas que de voitures brûlées
Médias n’oubliez pas qu’on vit en CDD
Dans notre chambre basse le peuple est endormi
Médias trempez vos plumes à l’encre de la vie
La la la la la, la la la la la

Comme vous je me suis fait
Des bottes de PDG
J’ai même été blasé
J’ai presque cru le MEDEF
Puis j’ai été licencié
J’ai perdu mes papiers
J’ai bossé comme un fou
Pour ravoir un "chez moi"

Médias ne titrez pas sur le peuple endormi
Médias n’oubliez pas qu’il est au RMI
Il a le poing levé, et il espère fort
Médias làchez la plume de la loi du plus fort
La la la la la, la la la la la

S’il vous plaît n’insistez pas
J’veux plus lire vos journaux
Ni voir à la télé
Tout ce qu’il veulent nous prendre
Nos droits deviennent si minces
Il faudrait Guévara
Médias je vous croirais
Quand j’aurais plus si froid

Pourquoi vous n’parlez pas de tous les corrompus ?
Pourquoi ne dites vous rien de nos droits disparus ?
Médias ne vivez plus de l’argent des canons
Médias embrassez-moi : c’est une révolution !
La la la la la, la la la la la

Révolution !