Epidémie de Vols

Créé le : 27 avril 2003

Epidémie de Vols
« La Mort de Tintagiles » de M. Maeterlinck.
Conception d‘un espace de répétition numérique pour comédien.

La conception d‘un espace de répétition numérique pour comédien poursuit un objectif théàtral informatique. Il faudrait pour l‘exprimer créer un néologisme, faute de cela, nous parlerons d ‘une « épidémie de Vols ». C‘est ainsi que le projet s‘inscrit dans le champ de l‘art numérique.
L‘espace de répétition numérique pour comédien se développe sur le principe de la contamination. L‘outil fonctionne seulement parce que le comédien introduit dans le programme informatique sa voix, comme témoignage de la présence d‘un corps. Cela constitue la matière à modeler. Les informations vocales gérées par la machine sont affichées sous forme de spectrogrammes qui présentent les images agrandies, visibles, d‘un processus qui s‘auto-alimente. Lorsque Humpty-Dumpty proclame qu‘il fait dire aux mots exactement ce qu‘il lui plaît, – ce qui est la définition essentielle de l‘acteur dans ce projet, sa plus grande force, le moteur de toute réflexion – , ici, nous avons la manipulation consciente et solitaire de l‘épidémie dont l‘acteur est la cause, l‘auteur, le responsable. Il se regarde comme un autre lui-même affiché devant lui, à l‘écran et avec lequel, il invente sa propre écriture, ses propres signes. C‘est l‘épidémie. Cette épidémie joue sur une déconstruction et sur une transformation de sa propre illusion théàtrale. Elle ne met pas fin au théàtre mais le situe sur un plan plus radical, plus immédiat.
Nos désirs de théàtre ne passent pas par le fait d‘aller voir dans un lieu, des textes reconnaissables mais par celui d‘éprouver physiquement ce qu‘un texte dit. Cela ne peut être prononcé mais cela est et cela se vit. Ce sont nos Vols successifs et continus qui ne nous plongent pas dans le monde mais nous immergent dans ce qui n‘a pas lieu. Nous parlons alors de théàtre semble-t-il.